Indices pollution de l'air et trafic


Qu'est-ce que l'indice ATMO ?

L'indice ATMO est un indicateur de la qualité de l'air. La pollution de l'air, qui résulte de l'activité humaine (industries, circulation automobile, chauffage...) est un phénomène complexe lié à la présence de nombreux polluants dans l'air ambiant.

L'indice ATMO, qui varie de 1 (très bon) à 10 (très mauvais), est calculé quotidiennement à partir des concentrations de 4 polluants mesurées par les 5 stations fixes de l'agglomération grenobloise.

  • dioxyde d'azote (NO2)
  • particules fines de type PM10 (Ps)
  • ozone(O3)
  • dioxyde de soufre (SO2)

A chaque polluant est attribué un indice, allant de 1 à 10, qui dépend de sa concentration dans l'air. L'indice ATMO est le plus haut de ces 4 indices.

Quand l'indice ATMO est égal à 8, sauf si le polluant est du dioxyde de soufre, cela signifie que le seuil d'information et de recommandations (du pic de pollution) est atteint.

Quand il est de 10, le seuil d'alerte est atteint, celui-ci pouvant l'être même avant (en cas de persistance du seuil d'information).

Qui calcule l'indice ATMO ?

Le droit à l'information sur la qualité de l'air figure au 1er rang des objectifs de la loi sur l'air et l'utilisation rationnelle de l'énergie.
Pour notre agglomération, c'est l'association Air Rhône-Alpes qui calcule la valeur de l'indice ATMO.

Indice de pollution sur Grenoble

Le saviez-vous ?"

Les particules fines, en irritant les bronches, entraînent des décès prématurés.

Pour ces raisons de santé publique, l'Europe a fixé des seuils maximum de concentration des particules fines. Ces seuils n'étant toujours pas respectés dans les grandes villes françaises, la Cour Internationale Européenne pourrait demander à la France de payer une amende représentant plusieurs milliers d'€/jour de dépassement.

Ces particules fines sont émises principalement par les moteurs diesel d'avant 2006 dont les pots d'échappement ne contiennent pas les filtres des modèles récents. Elles proviennent aussi à 30% du chauffage individuel au bois.

Informations sur les particules fines


La "cuvette grenobloise"


L'agglomération grenobloise est en grande partie constituée d'une plaine très plate située à environ 200 mètres d’altitude, entourée par 3 massifs montagneux.

Cette configuration, désignée parfois par le terme de "cuvette grenobloise", génère une dynamique atmosphérique particulière, avec une forte proportion de vents calmes et la formation fréquente d’inversions de température, obstacles à la dispersion verticale des polluants.

L’inversion de température est un phénomène météorologique naturel que l'on rencontre fréquemment dans les vallées alpines, qui se rencontre typiquement en hiver, par beau temps sec et froid.

En général, la température décroit avec l'altitude (environ 1° tous les 150 mètres). Dans le cas de l'inversion, c'est le contraire, et les masses d'air inférieures, plus froides que les masses d’air supérieures, ne peuvent s’élever ; le mélange vertical ne se fait plus.

L'inversion de la température a un effet aggravant sur la pollution : ne pouvant se disperser en hauteur, les polluants s’accumulent et leur concentration augmente avec les émissions. Combinée à une température basse, et donc au rejet de particules dues au chauffage, elle peut contribuer à la création d'épisodes pollués très intenses.

Surveillance des polluants


Différents polluants

Les véhicules non électriques émettent différents polluants : dioxyde d’azote, monoxyde de carbone, composés organiques volatiles, particules en suspension (émises principalement par les moteurs diesel), dioxyde de soufre...

En se combinant sous l'effet du soleil, ils produisent, et même à plusieurs dizaines de kilomètres des lieux de pollution, de l'ozone.

Ces polluants provoquent des irritations des muqueuses respiratoires et oculaires (ozone). Ils augmentent les crises chez les asthmatiques, et ont une incidence sur la mortalité des personnes les plus fragiles. Chez les plus jeunes, ils favorisent des infections microbiennes des bronches ou renforcent des sensibilités allergiques ou des pathologies préexistantes.

La surveillance des polluants et l'alerte

Compte tenu de ces impacts sanitaires, la loi impose aux autorités de réaliser des mesures de polluants -sur notre agglomération c'est l'agence AIR Rhône-Alpes qui en est chargée- et en cas de dépassement de la concentration de certains polluants, d'informer ou d'alerter la population.

Il y a deux niveaux :

  • le niveau d’information et de recommandations (conseils sur ses activités et déplacements)
  • le niveau d'alerte, qui entraîne d'autres recommandations et des restrictions, telle l'obligation de réduire sa vitesse sur certains axes, et pour le seuil extrême de circuler un jour sur deux, voire même totalement

Ces seuils Information/Alerte dépendent du polluant. Par exemple, dès que la moyenne de la concentration sur une heure (en µg/m3) dépasse 180/360 pour l'ozone, 200/400 pour le dioxyde d'azote et 50/80 pour les particules. La notion de durée est également prise en compte (moyenne sur 3 heures, durée de plusieurs jours...)


Recommandations sanitaires en cas de pic de pollution


Seuil de recommandations et d'information

Populations vulnérables ou sensibles


  • Limitez les sorties durant l'après-midi (13h-20h).
  • Limitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air ; celles à l'intérieur peuvent être maintenues.
  • En cas de symptômes ou d'inquiétudes, prenez conseil auprès de votre pharmacien ou de votre médecin.

Population générale


  • Il n'est pas nécessaire de modifier les activités habituelles.

Seuil d'alerte

Populations vulnérables ou sensibles


  • Evitez les sorties durant l'après-midi (13h-20h).
  • Evitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air ; celles peu intenses à l'intérieur peuvent être maintenues.
  • En cas de gêne repiratoire ou cardiaque (par exemple : essoufflement, sifflements, palpitations) :
    • prenez conseil auprès de votre pharmacien ou de votre médecin,
    • prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant,
    • privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d'effort.

Population générale


  • Réduisez les activités physiques et sporives intenses (dont les compétions) ; les activités à l'intérieur (dont les compétitions) peuvent être maintenues.
  • En cas de gêne repiratoire ou cardiaque (par exemple : essoufflement, sifflements, palpitations), prenez conseil auprès de votre pharmacien ou de votre médecin.

Populations vulnérables : femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires, personnes asthmatiques.

Populations sensibles : personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissent ou sont amplifiés lors des pics
(par exemple : personnes diabétiques, personnes immunodéprimées, personnes souffrant d'affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux).