Pic de pollution : un dispositif global


Les principaux acteurs institutionnels, médiatiques et économiques de notre bassin de vie ont choisi de s’engager fortement pour la qualité de l’air, et plus particulièrement dans la lutte contre les pics de pollution.


La gestion des épisodes de pollution s’appuie sur un arrêté préfectoral, qui a pour objectif de limiter l'exposition des populations lors des épisodes de pollution.

Suivant les seuils de concentration de polluants atmosphériques et le nombre de jours consécutifs de pollution, différents niveaux de gestion peuvent être activés, et des actions contraignantes mises en oeuvre afin d'éviter que la situation n'empire. Une incitation tarifaire à l’usage des transports alternatifs à la voiture est alors proposée.

Les niveaux gradués de gestion


Cliquez sur les niveaux pour visualiser les restrictions et mesures mises en oeuvre :

Niveau Information - Recommandations
Niveau Alerte N1
Niveau Alerte N2
Niveau Alerte N2 aggravé

Votre trajet


Préparez votre trajet


  • Inscrivez-vous sur Métromobilité pour recevoir gratuitement les alertes pic de pollution.

  • Calculez votre itinéraire en transports en commun depuis votre lieu de départ ou à partir d'un parking-relais ou d'une aire de covoiturage.

  • Pensez au covoiturage et covoiturez avec un véhicule autorisé à circuler. Rendez-vous sur : Mov'ici

Les certificats de qualité de l'air : CRIT'Air


Depuis le 1er juillet 2017, le certificat qualité de l’air est obligatoire pour circuler dans les 49 communes de la métropole grenobloise ainsi que sur les autoroutes A41 depuis le péage de Crolles, A48 depuis le péage de Voreppe,
A51 depuis le péage de Vif et sur la Rocade Sud, lorsque le Préfet instaure la circulation différenciée lors de certains épisodes de pollution.

Obtenir son certificat


Suivre sa commande

Pour tous renseignements sur la délivrance du certificat, ou en cas de problème sur son obtention :




L’AIR, UN BIEN COMMUN À PRÉSERVER


La qualité de l’air est aujourd’hui un enjeu sanitaire majeur.


  • 60 % de la population française respire un air pollué, et la pollution atmosphérique est responsable de 42 000 décès prématurés en France* et diminue l’espérance de vie de 8 mois.

  • Dans la métropole grenobloise, 3 à 7 % des décès (soit 114 décès par an environ) et 3 à 10 % des nouveaux cas de cancer du poumon sont imputables à cette pollution**.


Face à ce constat, les pouvoirs publics s’engagent pour préserver notre santé et celle de nos enfants.



* source Ministère de l’Écologie 2010
** étude publiée en 2016 par l’Institut des biosciences avancées
(centre de recherche INSERM-CNRS-Université de Grenoble)




Foire aux questions


Vous trouverez, en cliquant sur le lien ci-dessous, les réponses aux questions les plus couramment posées sur le dispositif pic pollution.

F.A.Q.